flanquer


flanquer

1. flanquer [ flɑ̃ke ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1555 fortif.; de flanc
1Garnir sur les flancs, à l'aide d'un ouvrage défensif, d'une construction ou d'un élément architectural ( flanquement).
2Être sur le côté de (un ouvrage fortifié, un bâtiment). Tourelles flanquant une gentilhommière. Château flanqué d'une tour. Par ext. Se trouver près de, tout contre. « Deux bergères en tapisserie flanquaient la cheminée en marbre » (Flaubert). « une route flanquée de remblais » (Gautier).
3Milit. Protéger sur le flanc. Détachement flanquant une colonne. flanc-garde.
4Rare Accompagner. Cour. (souv. péj.) Chef de bande flanqué de ses acolytes.
flanquer 2. flanquer [ flɑ̃ke ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1680; « attaquer de flanc » 1596; de 1. flanquer; ou altér. de flaquer, d'o. onomat.
Fam.
1Lancer, jeter brutalement ou brusquement. 1. ficher, 1. foutre. Flanquer un coup, une gifle à qqn. allonger, appliquer, envoyer. « C'est vrai, il y a des jours où je flanquerais tout en l'air » (Zola). bazarder. « Des gens qui jouaient aux cartes et qui se les flanquaient par la figure » (Aragon). Flanquer qqn dehors, un employé à la porte. congédier, renvoyer. Flanquer qqch. par terre, le faire échouer. Ça a tout flanqué par terre. Pronom. Se flanquer par terre : tomber.
2Donner. coller. Flanquer la frousse à qqn. « Cet excès de belladone lui flanqua seulement une mémorable colique » (H. Bazin).

flanquer verbe transitif (de flanc) Ajouter une construction sur les côtés d'une autre : Deux tours flanquaient encore le château en ruine. Appuyer ou défendre le flanc d'une unité ou d'une position par des troupes ou par des tirs. ● flanquer (synonymes) verbe transitif (de flanc) Ajouter une construction sur les côtés d'une autre
Synonymes :
Appuyer ou défendre le flanc d'une unité ou d'une position...
Synonymes :
- protéger
flanquer verbe transitif (de flanquer) Familier Lancer, jeter brutalement ou brusquement : Flanquer une assiette à la tête de quelqu'un. Mettre quelque chose quelque part sans soin, sans égard : Flanque ça dans un coin. Appliquer fortement ; donner : Flanquer une gifle à quelqu'un.flanquer (expressions) verbe transitif (de flanquer) Familier Flanquer quelqu'un dehors, à la porte, le congédier, le renvoyer. Flanquer par terre ou en l'air, faire échouer. ● flanquer (synonymes) verbe transitif (de flanquer) Familier Lancer, jeter brutalement ou brusquement
Synonymes :
- balancer (familier)
Mettre quelque chose quelque part sans soin, sans égard
Synonymes :
- ficher (familier)
Appliquer fortement ; donner
Synonymes :
- balancer (populaire)
- coller (populaire)
- décocher

flanquer
v. tr.
d1./d être disposé de part et d'autre pour protéger. Mitrailleuses qui flanquent la compagnie.
d2./d ARCHI être construit de part et d'autre de. Deux tourelles flanquaient un bâtiment central.
d3./d (Surtout au pp.) Péjor. Accompagner. Un petit chef flanqué de ses acolytes.
————————
flanquer
v. tr. Fam.
d1./d Lancer, jeter, appliquer brutalement. Flanquer un coup de poing à qqn.
Flanquer qqn dehors, le mettre dehors avec rudesse.
d2./d Donner. Il m'a flanqué une peur bleue.
d3./d v. Pron. Se flanquer par terre: tomber rudement.

I.
⇒FLANQUER1, verbe trans.
A.— 1. [L'obj. premier désigne une construction]
a) ) Qqn flanque qqc.1 de qqc.2 Ajouter une construction (un bâtiment généralement annexe) sur le(s) flanc(s) ou en angle (d'un édifice, d'un ensemble architectural). Cet étrange logis est inhabitable : on l'a flanqué d'une ferme, on l'a entouré d'un assez joli jardin d'arbres fruitiers (ABOUT, Grèce, 1854, p. 361). Mon grand-père (...) s'est donné tant de peine pour déguiser sa maison en château (et jusqu'à le flanquer d'une tourelle supplémentaire) (MAURIAC, Journal, 1937, p. 106).
) Qqc.2 flanque qqc.1 Être édifié, construit sur le(s) flanc(s) ou en angle (d'un édifice, d'un ensemble architectural). Deux pavillons à terrasses balustrées flanquaient la porte de bronze qui s'ouvrait sur une vaste cour (PÉLADAN, Vice supr., 1884, p. 51). À Chambord, des tours féodales flanquent un édifice symétrique (HOURTICQ, Hist. art., Fr., 1914, p. 151).
) Fréq. au part. (passif). Le clocher roman, aujourd'hui stupidement châtré et restauré, était flanqué, il y a peu d'années encore, de quatre tourelles-vedettes comme la tour militaire d'un burgrave (HUGO, Rhin, 1842, p. 125). C'était un grand corps de logis flanqué de deux ailes en retour (LORRAIN, Contes chandelle, 1897, p. 71).
Rem. La docum. atteste les constr. flanquer à et flanquer par. Cet appentis était flanqué d'un côté par la cuisine, de l'autre par un bûcher (BALZAC, Illus. perdues, 1843, p. 11). C'était un pavillon carré, flanqué à une tour fort ancienne et à une autre construction plus ancienne encore (SAND, Beaux MM. Bois-Doré, t. 1, 1858, p. 64).
b) FORTIFICATION
) Qqn flanque qqc.1 de qqc.2 Ajouter un/des ouvrage(s) défensif(s) aux abords ou sur le(s) flanc(s) (d'un édifice). Les seigneurs féodaux flanquaient leurs châteaux de remparts et de fossés (DAVAU-COHEN 1972).
) Qqc.2 flanque qqc.1 [Le suj. désigne un ouvrage défensif] Bastions qui flanquent la courtine (cf. Ac., ROB., Lar. Lang. fr.), casemates flanquant un retranchement (cf. Ac., ROB.,). Le palais épiscopal de Lormières a l'aspect d'une vieille forteresse. De hautes tours crénelées flanquent à l'ouest et à l'est un énorme corps de logis (FABRE, Abbé Tigrane, 1873, p. 79).
Au part. passé (passif). Sur chaque berge se dresse une formidable citadelle, flanquée d'énormes bastions à l'européenne, avec des embrasures qui laissent paraître des canons Armstrong (LOTI, Fleurs ennui, 1882, p. 31). La maison était une sorte de corps de garde flanqué de murailles épaisses (GIONO, Angelo, 1958, p. 222).
Emploi pronom. réciproque. Leur défense [des villes] ne devint parfaite que lorsqu'aux tours on eut substitué des bastions qui se flanquaient dans tout leur périmètre (BERN. DE ST-P., Harm. nat., 1814, p. 337).
2. a) P. ext. [L'obj. premier désigne un inanimé concr.]
) Qqn flanque qqc.1 de qqc.2 Disposer, placer quelque chose de part et d'autre ou sur un des côtés de quelque chose. On a eu la fâcheuse idée de la flanquer [la statue] à gauche et à droite de deux bassins, de ces bassins ridicules que les petits boutiquiers retirés font creuser dans leurs villas (ZOLA, Doc. littér., Chateaubriand, 1881, p. 10).
) Qqc.2 flanque qqc.1
Être disposé, placé de part et d'autre ou sur le(s) côté(s) de quelque chose. Deux bergères de tapisserie flanquaient la cheminée en marbre jaune (FLAUB., Cœur simple, 1877, p. 4). Dès la fin du mois de décembre, la Nouvelle-Calédonie se trouvait donc menacée et d'autant plus qu'elle flanquait l'Australie, objectif principal de l'ennemi (DE GAULLE, Mém. guerre, 1954, p. 189) :
1. La chambre (...) était la banale chambre aux chaises recouvertes de damas rouge, à l'armoire à glace d'acajou, à la cheminée garnie d'une pendule de zinc, que flanquaient des coquillages et des vases de fleurs artificielles sous globe.
ZOLA, Débâcle, 1892, p. 404.
Fréq. au part. passé. [En parlant d'une route ou d'une voie de circulation] Border. Rue flanquée de maisons. Les blessés gagnèrent le haut de l'éminence qui flanquait la route à droite (BALZAC, Chouans, 1829, p. 43). La nuit qui était partout, ouvrait, entre les maisons de plâtre qui flanquent la chaussée, de grands carrés sombres (CARCO, Équipe, 1919, p. 15) :
2. Sachez donc, ô ministre austère,
Qu'un trottoir est plus pratiqué,
S'il est plus que l'autre flanqué
De bistros. C'est tout le mystère.
PONCHON, Muse cabaret, 1920, p. 33.
Emploi pronom. passif. La rue Boulibet ressemblait (...) aux routes nationales, lorsqu'elles traversent les bourgs riches et qu'elles se flanquent (...) de grosses maisons à deux étages (SARTRE, Nausée, 1938, p. 212). Le chemin (...) se flanque de nombreuses barrières (H. BAZIN, Huile sur feu, 1954, p. 177).
) Au part. passé. Maison flanquée d'un jardin, assiette flanquée de couverts, table flanquée de deux bancs. Un lit (...) flanqué d'un côté d'un Clouet qui peut être un Clouet, mais de l'autre, d'un Greuze de quarante sous, qui me fait douter du Clouet (GONCOURT, Journal, 1888, p. 862). Les rangées de lits bien blancs flanqués chacun d'une petite commode et d'une chaise (VERLAINE, Œuvres compl., t. 5, Confessions, 1895, p. 43).
b) P. anal., au part. passé.
) Présenter quelque chose en même temps que quelque chose. La moindre invitation était prétexte à festins. Six et sept services, de quatre plats chacun, (...) flanqués d'autant de hauts crus savamment choisis suivant les viandes (PESQUIDOUX, Livre raison, 1928, p. 177).
) Présenter quelque chose après quelque chose; précéder ou succéder à quelque chose. Je ne permets pas que vous avilissiez la beauté du monde, en mettant dans le même panier les saintes harmonies et les ignominies; en donnant, comme vous faites couramment, le prélude de Parsifal entre une fantaisie sur La Fille du régiment et un quartetto de saxophones, ou un adagio de Beethoven flanqué d'un air de cake-walk et d'une ordure de Leoncavallo (ROLLAND, J.-Chr., Révolte, 1907, p. 434).
c) HÉRALD. [En parlant d'un écu] Au part. passé adj. Qui est divisé du côté des flancs soit par deux demi-ovales, soit par deux demi-losanges prenant naissance à l'angle supérieur du chef et finissant au bas de l'écu (d'apr. ADELINE, Lex. termes art, 1884). L'écusson des Blamont-Chauvry :écartelé de gueules à un pal de vair, flanqué de deux mains appaumées de carnation et d'or à deux lances de sable mises en chevron (BALZAC, Lys, 1836, p. 35). Subst. masc. à valeur de neutre. Le Flanqué (...) se trace comme l'Écartelé en sautoir; mais, ici, le premier et le quatrième Quartier forment un seul tout, flanqué de deux « blasons » distincts — ou du même « blason » répété (P.-B. GHEUSI, Le Blason, Paris, M. Darantière, 1933, p. 178).
3. Dans le domaine milit.
a) Qqc. flanque qqc. Défendre un front, un côté, par un tir parallèle. [Des batteries] occuperont des emplacements (...) d'où elles pourront flanquer les angles morts (PALOQUE, Artill., 1909, p. 384). Les tranchées étaient soigneusement défilées (...), des pièces de 75, montées en éclipse, flanquaient traîtreusement les redans en première ligne (CENDRARS, Homme foudr., 1945, p. 20).
b) Qqc. flanque qqn. Défendre par un élément de protection, de surveillance. Les masses d'infanterie s'avancent en carrés flanqués d'une immense artillerie (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 2, 1823, p. 14). À une certaine distance, s'avançait Chmienicki, avec ses régiments réguliers formés en tabor, c'est-à-dire flanqués de plusieurs lignes de chariots (MÉRIMÉE, Cosaques d'autrefois, 1865, p. 216).
B.— 1. Souvent fam. et péj. Flanquer qqn de qqn. Placer une ou plusieurs personnes au(x) côté(s) d'une autre. Demoiselle d'honneur, on l'avait flanquée [Marie-Louise La Mortagne] de ce silencieux Américain (TOULET, Demois. La Mortagne, 1920, p. 144). Mais l'attention du comte de Poitiers se tournait surtout vers son cousin, le duc de Bourgogne (...) qu'il avait flanqué de la comtesse Mahaut (DRUON, Loi mâles, 1947, p. 125) :
3. Las de se relayer auprès d'elle (...) dans le petit salon (...) on l'avait flanquée d'une amie de pension et d'une vieille cousine rabâcheuse et dévorée de curiosité...
AYMÉ, Travelingue, 1941, p. 19.
Emploi pronom. réfl. Il n'y a que la plus profonde misère qui puisse conseiller à un enfant de huit ans de livrer ses pieds et ses articulations aux plus durs supplices (...) et de se flanquer d'une horrible vieille comme vous mettez du fumier autour d'une jolie fleur (BALZAC, Comédiens, 1846, p. 305).
Rem. Rare. Emploi pronom. réfl. avec le sens de « se faire accompagner ou assister d'une ou de plusieurs personnes ». Quelques conflits s'étant élevés entre l'astiqueur et l'épileur au sujet des limites répartitives de leurs fonctions, Tityre comprit la nécessité d'un arbitre, qui se flanqua de deux avocats pour et contre (GIDE, Prométhée, 1899, p. 336).
2. Qqc. flanque qqn. Serviteur flanqué de valises. La vieille Annou marchait ensuite, flanquée d'un énorme parapluie bleu et de Jacques (A. DAUDET, Pt Chose, 1868, p. 19).
3. Qqn flanque qqn. Accompagner, se trouver aux côtés de quelqu'un. Cydalise flanqua le Brésilien, et Bixiou fut mis à côté de la Normande, Malaga prit place à côté du duc (BALZAC, Cous. Bette, 1846, p. 372). Quatre soldats nous flanquaient, de peur que je ne m'échappe (ARNOUX, Calendrier Fl., 1946, p. 220). L'homme (...) aux yeux de jais, que flanquaient toujours Françoise Liberté, la fille aux belles mamelles, au teint d'aurore de la République adolescente, et la sage-femme à lunettes (ARNOUX, Roi, 1956, p. 266).
Au part. passé. Tout un monde centre-gauche, avec des crânes administratifs, flanqués d'épouses légèrement bleutées de prétentions littéraires (GONCOURT, Journal, 1876, p. 1128).
REM. Flanqueur, subst. masc. Soldat d'infanterie ou de cavalerie qui appuyait les flancs d'une armée, d'une colonne. Nous étions à l'arrière de la colonne [de prisonniers] (...). Et je bouscule un flanqueur pour me cavaler (D'ESPARBÈS, Ceux de l'an 14! 1917, p. 183).
Prononc. et Orth. :[]. Demi-longueur de la voyelle rad. ds PASSY 1914. Ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. 1. 1555 « garnir sur les flancs, à l'aide d'un ouvrage défensif, d'une construction ou d'un élément architectural » (RONSARD, Meslanges ds Œuvres complètes, éd. P. Laumonier, t. 6, p. 206, 32); 2. 1564 « protéger une (armée) sur le flanc » (THIERRY); 3. 1568 « être édifié sur le côté (d'une construction) » (R. GARNIER, Porcie, 1017 ds Œuvres, éd. W. Foerster, t. I, p. 47). Dér. de flanc; dés. -er.
II.
FLANQUER2, verbe trans.
Fam. et pop.
I.— [Avec un compl. prép. locatif; avec indication de mouvement] Jeter, envoyer, mettre brutalement ou brusquement qqn ou qqc. quelque part. Flanquer quelqu'un à la rue; flanquer en l'air, par la fenêtre, du haut de l'escalier. Synon. pop. ficher, foutre. Aujourd'hui, (...) pour un oui, pour un non, on vous flanque en prison et on vous envoie au pré pour le restant de vos jours (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 3, 1859, p. 446). Quand je traversais le pont, il [le chien] s'est foutu dans mes jambes, il m'a bien flanqué par terre (MONTHERL., Songe, 1922, p. 125). Il fait trembler le comptoir d'un coup de poing formidable, et il avale un dernier petit verre, et il flanque ses sous à la figure du bistroquet (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 195).
[Avec un datif] C'était un gamin de quatorze ans que les garde-marine avaient découvert à fond de cale (...) — Vingt coups de garcette, s'était écrié le capitaine, et flanquez-le-moi par-dessus bord! (CENDRARS, Bourlinguer, 1948 p. 11). Flanquez-moi cette dondon à la porte, James, sinon je vais moi-même l'attraper par la perruque (AYMÉ, Mouche, 1957, p. 100).
Locutions
Flanquer qqn à la porte, à/dans la rue, la rivière, etc. Le congédier, le renvoyer, s'en débarrasser. Ils me doivent quatre termes et tout mon vin (...) je ne peux pas en avoir un sou!... (...) je vas chez l'huissier de ce pas, pour faire flanquer tous ces gens-là dans la rue (A. DAUDET, Contes lundi, 1873, p. 119) :
1. ... comment vous traitait-on dans cette maison?
— Moi? très bien d'abord, et puis très mal ensuite. Quand maman a vu que je gâtais son affaire, elle m'a flanqué à l'eau.
— Comment ça?
— (...) c'est bien simple. J'ai fait quelques fredaines vers seize ans; alors ces gouapes-là m'ont mis dans une maison de correction, pour se débarrasser de moi.
MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Champ d'oliv., 1890, p. 91.
Flanquer qqc. ou qqn par terre, à bas. Réduire à néant, détruire, renverser. Tu as vu comme je lui ai flanqué sa quinte par terre? Elle en était retournée, la vieille (ZOLA, Conquête Plassans, 1874, p. 976). À la fin, il m'embête, le jury!... Dites donc, voulez-vous que je le démolisse... Vous me donnerez des notes, n'est-ce-pas? et nous le flanquons par terre (ZOLA, Œuvre, 1886, p. 88).
Flanquer qqc. en l'air. Jeter, se débarrasser de.
Flanquer à la tête, à la figure, par la face, etc.
[S'emploie pour signifier que l'on refuse, que l'on dédaigne ce qui est proposé] Vous figurez-vous l'émoi de M. Alexandre, chargé d'aller régler les frais de rupture, et trouvant pour le recevoir, à ce chevet d'agonisante (...) devinez qui? (...) La mère du mari (...) on a flanqué par la face de maître Alexandre ses offres d'argent (A. DAUDET, Pte paroisse, 1895, p. 172).
[Pour reprocher] Elle me l'avait déjà flanqué à la figure [le contenu d'une note] une ou deux fois, en nous chicanant (LÉAUTAUD, Journal littér., 1, 1893-1906, p. 220).
Flanquer (qqn) dedans. Synon. foutre (qqn) dedans.
Flanquer (qqc.) sur les bras (de qqn). Se décharger d'une affaire (généralement désagréable).
Emploi pronom. réfl. [Elle] Va à l'homme (...) lui demande ce qu'il lui a promis (...) ouvre la fenêtre et lui dit :« Je me flanque par la fenêtre, comme Dieu est mon maître! » L'autre s'exécuta (GONCOURT, Journal, 1862, p. 1074). Réfl. indir. S'en flanquer jusque-là. Faire bombance. Alors, c'est bien convenu, tu m'envoies à ce dîner (...) je vais m'en flanquer jusque-là (BECQUE, Parisienne, 1885, II, 7, p. 310).
Se flanquer par terre. Tomber, faire une chute. Se flanquer en l'air. Se suicider, se détruire.
II.— [Avec un compl. datif]
A.— Donner. Synon. pop. ficher, foutre (vulg.). Nous sommes riches, nous vous flanquerons une fête qui stimulera votre imagination (BALZAC, Début vie, 1842, p. 449). L' sexe, y a tout d'même que ça pour vous flanquer du cœur au ventre (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Souv., 1882, p. 170). J'évite de le punir [le fils d'un gaulliste-communiste] je m'arrange pour lui flanquer de bonnes notes. Quelle misère (AYMÉ, Uranus, 1948, p. 181) :
2. Comme si vous ne devriez pas avoir honte de vous faire flanquer quatre mille balles pour ne rien fiche, que rigoler tout bas et que ronfler tout haut depuis le jour de l'an jusqu'à la Saint-Sylvestre, pendant que les copains triment à votre place.
COURTELINE, Ronds-de-cuir, 1893, 4e tabl., I, p. 130.
Je vous/t'en flanque mon billet.
Je vous /t'en flanquerais (de qqc.) [S'emploie pour montrer son désaccord avec les propos, les actions, l'attitude, etc. d'une pers.] On lui en flanquerait de la vertu! C'était toujours ces bégueules-là qui s'en donnaient à crever (ZOLA, Nana, 1880, p. 1303) :
3. À la fin des fins, elle dort (...). C'est pas malheureux! (...) Quelle scie que les enfants! (...) celle-là surtout (...) elle est gâtée! (...) Si t'étais à moi, va! (...) je t'en flanquerais de la docilité...
LABICHE, Fille bien gardée, 1850, I, 1, p. 267.
Flanquer ses huit jours (à qqn), congé. Renvoyer. Je lui ai fait flanquer congé pour octobre (ZOLA, Pot-bouille, 1882, p. 255). J'imagine (...) que tu lui as flanqué ses huit jours [à la bonne] (RENARD, Lanterne sourde, 1893, p. 48).
[Le compl. désigne une action violente ou désagréable pour qqn] Flanquer une danse, une fessée à qqn. Si j'étais fort comme Hercule, (...) quelle pile (...) quelle belle pile, je flanquerais à cet ignoble voyou! (GYP, Mar. civil, 1892, p. 54). Pour moi, j'aurais préféré le voir recourir à des moyens plus directs, comme de lui flanquer à ta mère un coup de pied dans le ventre (AYMÉ, Quatre vérités, 1954, p. 193).
Flanquer un abatage. Réprimander violemment. Notre chameau de concierge a fait passer un de ses protégés avant nous, de peur, croyons-nous, de ne pas recevoir un deuxième denier à Dieu. J'en ai été réduit à lui flanquer un abatage court et soigné (ALAIN-FOURNIER, Corresp. [avec Rivière], 1907, p. 104).
Flanquer sur la gueule (à qqn). Frapper quelqu'un, se battre avec lui. Synon. pop. foutre. Et puis, là, au milieu de l'eau, où ça aurait pu avoir l'excuse du sauvetage, je te lui en aurais flanqué sur la gueule tant et plus, à bien me passer mon envie. Après, je lui aurais dit : « Ah, vous savez, si j'ai frappé un peu fort, c'est que vous me teniez les jambes » (GIONO, Baumugnes, 1929, p. 199).
Emploi pronom. réciproque. Se flanquer une tripotée. L'Italie est tellement exaspérée que, si Emmanuel ne se battait pas, il sauterait. Les bons Italiens vont donc se flanquer une tournée avec l'Autriche (FLAUB., Corresp., 1856, p. 215) :
4. Du matin au soir dans la rue, à traîner, à se flanquer des piles pour une orange pourrie trouvée dans le ruisseau... On allait renifler les coquilles des veinards qui se gobergeaient d'oursins, sur le trottoir, avec un verre de blanc... (...). Ah, putain! mes joies familiales!...
MARTIN DU G., Thib., Été 14, 1936, p. 43.
B.— [Le compl. désigne l'état physique ou psychique dans lequel qqn ou qqc. met qqn] Flanquer la frousse, la fièvre, le trac. Synon. pop. foutre. Le doute m'a toujours flanqué la fièvre (ZOLA, Corresp., t. 2, 1877, p. 463).
Emploi pronom. réfl. indir. Se flanquer une cuite, une indigestion. Servin (...) disparaissait de la maison, se flanquant une cuite de quarante huit heures, de soixante heures, au bout desquelles la pauvre femme allait le ramasser plus mort que vif chez quelque marchand de vin (GONCOURT, Journal, 1886, p. 558).
Flanquer la paix (à qqn). Le laisser tranquille, cesser de l'importuner. Synon. pop. foutre, ficher la paix (à qqn). Allons, flanque-moi la paix, je te prie (SAND, Meunier d'Angib., 1845, p. 302).
Rem. La docum. atteste des emplois de flanquer au sens de « dire avec brusquerie ou brutalité ». Le malin des malins, c'était Fagerolles, auquel il [Claude] flanquerait ses quatre vérités (ZOLA, Œuvre, 1886, p. 178).
Prononc. et Orth. :[]. [] ds PASSY 1914. Ds Ac. dep. 1740. Étymol. et Hist. 1. [1596 « jeter contre le flanc de quelqu'un (?) » (HULSIUS, Dictionnaire françois-alemand ds FEW t. 16, p. 212b)]; 1619 [éd. 1634] « donner (des baisers) » (Le Cabinet satyrique, p. 611 ds DG); 1680 « donner (une gifle, etc.) » (RICH.); 2. a) 1690 se flanquer « se placer mal à propos » (FUR.); b) 1800 « jeter, mettre quelque chose » (AUDE, Mme Angot, III, 4, p. 35 ds IGLF : ils veulent me flanquer [ces ornements] sur la tête). Dér. de flanc; dés. -er.
STAT. — Flanquer1 et 2. Fréq. abs. littér. :973. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 502, b) 1 642; XXe s. : a) 2 600, b) 1 262.
BBG. — CHAUTARD (É.). La Vie étrange de l'arg. Paris, 1931, p. 431. — QUEM. DDL t. 5.

1. flanquer [flɑ̃ke] v. tr.
ÉTYM. 1555, Ronsard; de flanc.
Garnir sur les flancs.
1 Fortif. Garnir (une construction) sur les flancs à l'aide d'un ouvrage défensif. || Flanquer une muraille de deux tours.
1 Les peuples effrayés de l'horreur des batailles,
Flanquèrent leurs cités de fosses et de murailles (…)
Ronsard, Premier livre des Poèmes, « Les armes ».
(Le sujet désigne les constructions qui flanquent). || Bastions qui flanquent la courtine. || Les casemates qui flanquent un retranchement.Au p. p. || Murailles flanquées de tours.
2 Séville est entourée d'une enceinte de murailles crénelées, flanquées par intervalles de grosses tours, dont plusieurs sont tombées en ruine, et de fossés aujourd'hui presque entièrement comblés.
Th. Gautier, Voyage en Espagne, p. 250.
2 Archit. Garnir (une construction) sur les flancs (se dit d'un élément architectural). || Deux tourelles flanquaient cette gentilhommière (→ Éteignoir, cit. 2). || Ailes flanquant un pavillon.Au p. p. || Pavillon flanqué de deux ailes.
3 Le château, en forme de chariot à quatre roues, flanqué d'une tourelle à chaque angle (…)
France, le Crime de S. Bonnard, II, Œ., t. II, p. 348.
3 Par ext. Se trouver sur les deux côtés de (une construction).
4 Vue de loin — de la Direction des Cultes, sa voisine — elle paraît une sombre lézarde aux murs laiteux des hôtels Cappriciani et Lamazère-Saint-Gratien, qui de droite et de gauche la flanquent.
Courteline, Messieurs les ronds-de-cuir, 1er tableau, I.
Être sur le côté de (un ouvrage fortifié, un bâtiment). || Le pavillon qui flanque le bâtiment central.
4 Par ext. Se trouver près de, tout contre (qqch.). || Applique flanquant une glace (→ aussi, ci-dessous, cit. 6).Au p. p. || Rôti flanqué d'une jardinière, d'une garniture. || Figure peinte, flanquée de motifs ornementaux.Blason. || Écu d'argent flanqué d'azur.
5 Après avoir franchi une route flanquée de remblais et de contreforts en arc-boutant d'un caractère assez monumental (…)
Th. Gautier, Voyage en Espagne, p. 40.
6 Deux bergères en tapisserie flanquaient la cheminée en marbre (…)
Flaubert, Trois Contes, « Un cœur simple », I.
5 Péj. Accompagner (rare). || Gardes qui flanquent un détenu.Au p. p. (cour.). Accompagné de. || Jeune fille flanquée de son chaperon. Escorter (p. p. adj.). || Chef de bande flanqué de ses acolytes, de ses gardes du corps.
7 Il y eut une partie de campagne où plusieurs jeunes demoiselles et leurs amis, flanqués du nombre nécessaire de parents respectables, allèrent se promener dans la forêt voisine (…)
A. de Gobineau, les Pléiades, IV, III.
Pron. || Se flanquer de : se faire accompagner par. || Il sort toujours en se flanquant de deux molosses inquiétants.
6 Milit. Accompagner par un élément de protection, de surveillance. || Détachement flanquant une colonne. Flanc-garde. || Flanquer sa droite.Interdire un certain front par un tir parallèle. || Mitrailleuse flanquant un chemin.
——————
flanqué, ée p. p. adj.
Voir à l'article ci-dessus (→ aussi cit. 2, 3 et 5).
DÉR. Flanquant, flanquement, flanqueur.
HOM. 2. Flanquer.
————————
2. flanquer [flɑ̃ke] v. tr.
ÉTYM. 1596, « attaquer de flanc »; de 1. flanquer, p.-ê. croisé avec flaquer (1583), d'orig. onomatopéique (→ Flac).
Familier.
1 (1680). Lancer, jeter brutalement ou brusquement. Ficher, foutre, mettre. || Dans sa colère, il lui a flanqué son verre à la tête. || Il l'a flanqué dehors à coups de pied dans le derrière. || Flanquer un coup, une gifle, une volée à qqn. || Flanquer une fessée à un enfant. Administrer, appliquer, envoyer.
1 Il l'avait empoigné par le bras, il le flanqua dehors.
Zola, la Terre, V, I.
2 On ne te dénoncera pas, tu le sais très bien, mais quand je sortirai d'ici, compte sur moi pour aller te flanquer une correction (…)
Sartre, la Mort dans l'âme, p. 274.
Je suis fatigué de ce travail, j'ai envie de tout flanquer en l'air. Bazarder. || Flanquer un employé, un domestique dehors, à la porte. Congédier, renvoyer. || Se faire flanquer dehors. || Flanquer un locataire à la rue. || Incident imprévu qui flanque par terre toute une combinaison.
3 (…) il doit payer son loyer, et s'il ne solde pas recta, je le flanque à la porte.
Balzac, l'Initié, Pl., t. VII, p. 346.
4 C'est vrai, il y a des jours où je flanquerais tout en l'air… Je ne sais pas pourquoi je me suis entêté, j'aurais dû bazarder la ferme et faire autre chose.
Zola, la Terre, II, V.
2 Donner. || Flanquer la frousse à qqn. || C'est le ragoût qui m'a flanqué la colique. || C'est un climat qui vous flanque les fièvres. || On va lui flanquer de l'avancement pour le faire taire.
5 Mais mon cousin et moi nous sommes riches, nous vous flanquerons une fête comme vous n'en aurez jamais eu (…)
Balzac, Un début dans la vie, t. I, p. 719.
6 (…) j'aime autant te prévenir qu'ils ont les maladies, tous, et qu'il te flanquera sa pourriture, si ce n'est déjà fait.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. IV, V, p. 42.
7 J'ai eu des clients à qui le treize flanquait la guigne, ou au contraire la veine, d'une façon incontestable.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. II, VI, p. 55.
Loc. vieillie. (1872). Flanquer la paix : laisser tranquille. 1. Ficher, 1. foutre.
7.1 Ils ne peuvent nous flanquer la paix, les gens du quartier.
M. Maurey, Asile de nuit, I, VI, in D. D. L., II, 5.
——————
se flanquer v. pron.
ÉTYM. (1690).
Réfl. || Se flanquer par terre : faire une chuteSe flanquer une belle cuite.(1856). Récipr. || Ils se sont flanqué une bonne pile.
8 Des gens qui jouaient aux cartes et qui se les flanquaient par la figure.
Aragon, les Beaux Quartiers, p. 97.
9 (…) il indiqua une fenêtre ouverte; un huissier, se hâtant pour la fermer, se flanqua par terre.
Aragon, les Beaux Quartiers, p. 224.
10 (…) je me suis déjà flanqué une indigestion (…)
A. Jarry, Ubu roi, III, 1.
REM. Flanquer est légèrement vieilli ou du moins marqué par rapport à son synonyme fam. ficher (1. Ficher).
11 Citoyen maire, je prends la plume pour vous dire que la moutarde me monte; vous flanquez-vous de la République ?
E. Labiche, le Club champenois, 7.
HOM. 1. Flanquer.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • flanquer — 1. (flan ké) v. a. 1°   Terme de fortification. Il se dit de la partie d une fortification qui en voit une autre de flanc. Bastions qui flanquent la courtine.    Construire, élever la partie d une fortification qui doit en flanquer une autre.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • flanquer — une muraille ou place de guerre, c est la garnir de flancs, Propugnaculis ab latere munire. L Espagnol dit aussi Flanquear, l empruntant de l Italien comme nous. La gendarmerie flanquoit les gens de pied. La riviere nous flanque d un costé …   Thresor de la langue françoyse

  • FLANQUER — v. a. T. d Architecture militaire, qui se dit De la partie d une fortification qui en voit une autre, et qui lui sert de défense. Des bastions qui flanquent la courtine. Des casemates qui flanquent un fossé.   Il signifie aussi, Construire,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • flanquer — v.t. Mettre, jeter, appliquer : Flanquer à la porte, flanquer sa main sur la gueule, etc. (V. ficher, foutre) …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • FLANQUER — v. tr. T. de Génie militaire Construire, élever la partie d’une fortification qui en voit une autre et qui lui sert de défense. On a flanqué cette muraille de deux tours. Il se dit aussi de la Situation des ouvrages ainsi disposés et de la Partie …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • flanquer — Mettre …   Le nouveau dictionnaire complet du jargon de l'argot

  • flanquer — vt. , donner (une correction) ; poser, déposer, mettre ; faire tomber assez rudement, jeter, foutre, (par terre) : flyankâ (Albanais). E. : Aider, Frousse …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Flanquer par terre ou en l'air — ● Flanquer par terre ou en l air faire échouer …   Encyclopédie Universelle

  • Flanquer quelqu'un dehors, à la porte — ● Flanquer quelqu un dehors, à la porte le congédier, le renvoyer …   Encyclopédie Universelle

  • Flanquer, mettre douze balles dans la peau à quelqu'un — ● Flanquer, mettre douze balles dans la peau à quelqu un le fusiller …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.